De l’encre dans le derme

 ©GZA